« Interview de Joël de Rosnay par Julie Andrieu | Accueil | Le sens de la vieillesse et de la mort »

Réflexions sur la longévité*

Depuis un certain temps, on assiste à une lente prise de conscience du problème de la longévité, à ne pas confondre avec celui  de la vieillesse. La distinction n’est pas encore clairement perçue. Il faudra, pourtant, bien se rendre à l’évidence que le prolongement de la vie s’inscrit parmi les défis planétaires qui nous attendent.

Contrairement à l’éveil de l’Asie ou au réchauffement de l’atmosphère, sur lesquels il est difficile de faire des prévisions, la longévité est en mouvement et son évolution évidente.

On ne peut plus ignorer le fait que, en un siècle, la durée de vie moyenne, en Europe, a  passé de 49 à 80 ans. De plus, cette tendance à la longévité va se poursuivre à un rythme d’un supplément de trois mois de vie toutes les années, soit dix ans de plus d’ici 40 ans.

Rappelons que le principe de la retraite fut instauré en Suisse en 1948, et l’âge fixé à 65 ans, à une époque où la durée de vie moyenne était alors de 70 ans.
Lorsque Bismark introduisit pour la première fois une retraite d’état, dans les années 1880, il l’avait fixée à 70 ans, soit près de vingt ans de plus que la moyenne d’âge de l’époque. Je ne sais si c’était par cynisme ou sens de l’économie !

Avec l’âge de la retraite à 65 ans et notre espérance de vie s’approchant de 80 ans, la situation s’est inversée. Aujourd’hui, nous sommes donc les bénéficiaires d’un supplément de vie de quinze à vingt années, et bientôt davantage.

On pourrait croire, à première vue, qu’il s’agit d’un fabuleux cadeau, mais  il implique d’en prendre la mesure, comme l’indique le  titre du livre  de Joël de Rosnay :  « Une vie en plus – La longévité, pour quoi faire ? ».**  C’est là toute la question et si  nous n’y prenons  pas garde, cette révolution  pourrait bien être une bombe à retardement.

L’aventure de la longévité  pose un défi à notre société, dont nous mesurons à peine toute l’ampleur et le potentiel. Ce qui rend le problème encore plus explosif, est la diminution de la natalité parallèlement à la prolongation de la durée de vie.

Si j’en juge par mon expérience, je dirais qu’on a tendance à confondre les données collectives avec la réalité individuelle par des clichés réducteurs, dans lesquels chacun est supposé se retrouver. Or, par rapport aux théories sur l’enfance, l’adolescence ou la vieillesse, je ne me reconnais que très partiellement dans ces stades de vie tels qu’ils sont généralement décrits. Je pense qu’il doit en être de même pour beaucoup d’entre vous.

A cet égard, j’aime cette image proposée par Jung sur ce qu’il appelle les phénomènes d’individuation. Un tas de pierre pèse mille kilos, il y a mille pierres, conclusion logique : chaque pierre pèse 1 kilo. Or, prises séparément, aucune n’a le même poids, toutes sont différentes.

Il en est de même pour la réalité de chaque individu, celle-ci ne correspond que très approximativement à l’image collective qu’on cherche à lui imposer.

Seul l’individu est le porteur de vie. C’est la somme des comportements individuels qui détermine la vitalité ou l’inertie de la collectivité. D’où l’importance de sa structure physique, mentale et spirituelle pour l’avenir de notre société.

Lorsque j’avais 40 ans, je tâchais de m’imaginer, en observant mes aînés, dans quel état je me trouverais lors de mes 65 ans. Une chose est certaine : arrivé à cet âge, rien ne correspondait à l’idée que je m’en étais faite. Je fus surpris par le vocabulaire qui, du jour au lendemain, vous est attribué : vous bénéficiez d’une « assurance vieillesse et survivant », vous êtes « à la retraite » et, si vous désirez poursuivre votre formation, « l’université du 3e âge » vous accueille à bras ouverts. Cette terminologie m’est apparue comme terriblement démobilisatrice.

Pourtant, loin de moi de nier les remarquables progrès sociaux des cinquante dernières années, qui ont considérablement amélioré la qualité de vie de la population. Rétrospectivement, je garde toute mon admiration pour une gauche, visionnaire et moderne, des années trente, qui a su  proposer des réformes sociales fondamentales ayant fait progresser la société.

Mais il faut bien garder à l’esprit que ces mises en place datent d’une époque où l’espérance de vie, comme nous l’avons déjà vu, ne dépassait guère 70 ans et par conséquent il n’était pas choquant de permettre à chacun de s’installer, dès 65 ans, dans un confortable sas pre-mortem.

Aujourd’hui, l’âge de la retraite ne correspond plus à une réalité biologique. Notre politique sociale repose sur des mythes sans rapport avec notre vécu.

En donnant souvent une place exagérée à une sorte de notion de « repos bien mérité », les forces politiques et sociales se sont conjuguées pour dénaturer la valeur de l’action et du travail.

Aujourd’hui, pour une certaine gauche, le mieux, c’est souvent le moins de travail possible. Quant à l’ultra-libéralisme, il en fait, de plus en plus, une anti-valeur, un simple objet de productivité.

Ne faisons pas du travail une malédiction : c’est une valorisation sociale et une nécessité démocratique.

C’est la vie active qui pose, me semble-t-il, le véritable défi. Il ne s’agit pas tant de prolonger la vieillesse que de réintégrer dans le système social, en les motivant, les personnes du 3ème âge, afin qu’elles puissent apporter une valeur ajoutée à la société. Valeur d’expériences, de pondération, de discernement, mais également d’enthousiasme et de maturité spirituelle.

En fait, dans les grandes lignes, nous en arrivons à connaître quatre tranches d’âge :

·    L’adolescence
·    La vie active
·    La transition de 65 à 80 ans, le troisième âge
·    La vieillesse et ses aléas, qui devient le quatrième âge

A 65 ans, j’ai eu le privilège de connaître une transition de vie active sans avoir besoin de la rechercher artificiellement. Si beaucoup vivent une retraite harmonieuse, je vois des êtres cassés par un arrêt brusque de leurs activités ou d’autres s’infantiliser ou se griser en agitations multiples, qui ressemblent souvent à une fuite en avant.

Ce surplus de vie, de quinze ans aujourd’hui, de vingt-cinq ans bientôt, n’a aucune raison de devenir un poids économique insupportable pour la société. Ce serait un immense gâchis de pertes de forces  humaines et d’expériences, un grave échec de nos démocraties.

Nous sommes, le voulant ou non, confrontés à un changement radical de nos mentalités.

Dans un récent  numéro de la revue « The Economist »***, il y a une réflexion intéressante à ce sujet. L’un des effets secondaires de la dernière guerre mondiale fut le fabuleux changement des structures de la société. Alors que les hommes combattaient, les femmes mirent de côté leurs journaux de mode et leurs gants de jardinage pour prendre la place de leurs maris dans les usines et à la campagne.

Elles ne sont jamais revenues en arrière, et aujourd’hui personne ne conteste que les femmes ont autant à offrir sur le marché du travail que les hommes.

Un autre bouleversement tout aussi important se prépare.

Dans une cinquantaine d’années, il apparaîtra totalement absurde de penser que la société occidentale d’aujourd’hui ait pu pousser des masses de travailleurs potentiels à rester chez eux ou dans des maisons de retraite à siroter leur thé ou à arranger leurs bégonias, sur le dos des générations actives.

Cette situation n’est tenable, à la longue, ni socialement, ni financièrement.

Aux progrès spectaculaires de la recherche médicale, s’ajoute le développement d’une approche préventive par une hygiène de vie qui reconnaît l’importance d’une meilleure discipline alimentaire, physique et psychologique.

Il s’agit de plus en plus de prévenir pour éviter ou reporter l’intervention.

Un exemple spectaculaire dans ce domaine est la disparition presque complète, par une hygiène dentaire adaptée, des prothèses, qui affectaient douloureusement toutes les générations précédentes.

Si la santé est la valeur fondamentale de la longévité, ne tombons pas dans l’utopie que nous allons échapper à la vieillesse et à la mort.

Ne basculons pas dans une sorte de rêve d’une longévité sereine à laquelle chacun peut accéder. La souffrance, la maladie, la dépression etc., restent au cœur de notre humanité. L’ignorer serait oublier la compassion.

Le vieillissement est une réalité biologique à laquelle nous n’échappons pas, mais on peut l’aborder de plusieurs manières. J’aime cette image de Joël de Rosnay : «On peut aborder la vieillesse soit comme un escalier que l’on descend, de décrépitude en décrépitude, jusqu’à la tombe ; soit comme un escalier que l’on monte, chaque marche ayant encore plus de valeur que la précédente et offrant de nouvelles découvertes. »

Mais, comme disait Woody Allen : « La vie est une maladie mortelle sexuellement transmissible ». Et avec lui j’ajouterais : « La mort ne me fait pas peur, mais je préfèrerais être ailleurs le jour où elle se présentera.»

C’est d’abord dans nos pensées que s’instaure la vieillesse. Et c’est peut-être là qu’on peut la faire reculer. On est vieux parce que les autres ont décidé qu’on l’était ou parce que l’on s’y complait en adoptant une posture rabougrie de vieillissement qui exige moins de soi.

La longévité, cela se prépare ! Non seulement sur le plan physique, comme nous l’avons vu, mais également par l’approfondissement de sa vie intérieure.

Voici quelques attitudes qui peuvent nous aider à passer plus harmonieusement du troisième au quatrième âge :

·    Surmonter le mythe de l’ordinateur.
·    Rester en rapport avec les autres, en s’intéressant à leur univers.
·    Ne pas croire que notre expérience soit forcément valable aujourd’hui.
·    Ne pas surestimer l’intérêt des amis pour les bons mots de nos petits enfants.
·    L’évocation du passé ou de sa santé n'a, bien souvent, d’intérêt que pour soi-même.
·    Eviter que ceux qui viennent vers nous sachent d’avance ce que nous allons leur dire.
·    S’efforcer d’être une valeur ajoutée pour l’autre.
·    Etre disponible pour son prochain.
·    Ne pas croire qu’à un certain âge on a droit à la considération générale.
·    Enfin, surtout retrouver le sens de l’émerveillement devant cette grande aventure qu’est la vie.

En ce qui  me concerne, je n’ai pas d’autre choix que de me passionner pour le futur étant donné que je vais y passer le restant de mes jours.

Yves Oltramare
04.04.2006

*    Adaptation d'un débat donné dans le cadre de la remise des prix AETAS le 21 mars 2006
**    « UNE VIE EN PLUS – La longévité, pour quoi faire ? » de Joël de Rosnay, Jean-Louis     Servan-Schreiber, François de Closets, Dominique Simonnet, Ed. du Seuil, 2005.
***    Numéro du 18 au 24 février 2006

avril 27, 2006 | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
https://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341cb9d253ef00d834be91c569e2

Listed below are links to weblogs that reference Réflexions sur la longévité*:

Commentaires

J'ai écouté ce matin l'émission de Jacques PRADEL (à qui j'ai adressé un courriel) et je ne peux qu'adhérer aux thèses soutenues par Joël de Rosnay et François de Closet. Je suis née le 6 Sept 1951 et j'ai encore une grand-mère de 103 ans... Je suis médecin et j'ai exercé 20 ans la Médecine Générale libérale. Je suis célibataire. Pour des raisons de santé (affection ophtalmologique liée à la fatigue et au stress) j'ai dû cesser cette activité et je suis "en transition professionnelle", mais actuellement en invalidité. Ce que je trouve humiliant. Pour retrouver une activité salariée moins fatigante et moins prenante, utilisant éventuellement le télé-travail (au cas où je deviendrais aveugle, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui) j'ai appris la dactylographie et l'informatique grâce aux cours du soir de la Maire de Paris. Puis je suis retournée en Fac et j'ai validé un D.U. d'Ethique de la santé, Droits de l'Homme et Morales (en faisant un mémoire : "Le respect de la vie ne doit-il être QUE le respect de la vie humaine?" et là je vais en soutenir un autre "Les chiens et les chats en thérapeutique adjuvante du handicap et de son retentissement psychologique" où je parle aussi du handicap lié à lâge, dans le cadre d'un DU sur Stress et Traumatismes majeurs animé par le Pr Louis CROCQ, grande star de la vicimologie ... qui bosse encore et qui a quand même 78 ans...
Je n'ai eu AUCUNE retombée de mon mémoire d'Ethique. J'espère qu'en associant les deux je pourrais comme je le souhaite trouver une activité salariée dans le milieu de la gériatrie : à part qu'il n'y a de crédit pour rien, il y a du boulot !!! Et moi, de mon côté, indépendamment de mes opinions politiques... je pense que "travailler, c'est la façon de s'occuper qui coûte le moins cher" et que c'est un peu bizarre de penser à ce que mes études ont coûté à mes parents et à la société et de constater qu'après être rentrée dans le monde du travail à 30 ans (encore que j'aie bossé pour rien à l'hosto dès 25 ans)on m'en mette à l'écart vingt ans plus tard pour éventuellement 1/2 siècle !
Tout le monde en bénéficierait si je pouvais ne pas me taper cinq heures de transports en commun par jour pour aller bosser une demi journée de temps en temps, voire même bosser à la maison par Internet la moitié du temps et aller sur place l'autre : je croyais que le télétravail était l'avenir. Ils sont longs à la détente!
Je m'arrête là car on y serait encore demain.
Bien à vous. Je suis prête à vous communiquer mes mémoires par courriel.
Catherine GUILLERM.

Rédigé par : Catherine GUILLERM | 10 mai 2006 14:56:18

Merci une nouvelle fois aux auteurs d'aider à la prise de conscience d'un phénomènje majeur, au coeur de notre vie future.
Il est également indispensable de repenser le modèle social de 1945.
Gilles DUTHIL

Rédigé par : Mathusalem | 19 mai 2006 09:16:44

Bonjour,
venez faire un tour sur mon blog
a-fleur-de-vie.over-blog.com.

Rédigé par : Philippe RANCHON | 3 oct 2006 12:22:51

Je me permets d'ajouter une idée non pollitiquement correcte à ce thème.
Si la longévité a augmenté, le taux de natalité lui a baissé.

N'y a t-il donc pas en quelque sorte une certaine surstitution de la vie ?

Rédigé par : Stéphane | 20 déc 2006 19:07:25

D'ailleurs, on pourrait prolonger cette idée et dire :

Une vie plus longue implique une vie en moins (et pas en plus comme l'indique le titre de ce blog).

Rédigé par : stéphane | 20 déc 2006 19:09:02

THEATRE ANDRE BOURVIL 13 RUE DES BOULETS 75011 PARIS
TOUS LES JEUDIS ET SAMEDIS DU 18.01.2007 AU 28.04.2007 à 19 heures
TITRE : ELLE EST POUR LUI CETTE CHANSON
BRASSENS EN THEATRE ET CHANSONS
ECRIT PAR : JEAN MICHEL
AVEC : JEAN MICHEL
SANDRA STRAINOV

HISTOIRE : Incomparable et incontournable hommage à l'ami Georges chanté par Jean Michel dont le talent et la sincérité ont conquis le public.
Un récital et une pièce fraîche avec l’ irrésistible Sandra Strainov , une jeune actrice au service d'un texte ciselé ou les rires et les larmes sont au rendez vous...
Jean Michel, en cette année électorale, réconcilie toutes les générations mettant en scène des personnages fabuleux pour faire triompher l'amour et l'amitié.
A voir en famille...
RESERVATIONS 06 65 61 79 03

Rédigé par : la recre | 8 jan 2007 08:41:53

Simplement pour compléter. L'espérance de vie a progressé en raison principale de la baisse de la mortalité infantile.
Frédéric Serrière
www.fredericserriere.com

Rédigé par : serriere | 8 déc 2007 16:05:41

je suis jeune encore et je crois que votre propos est moderne car il écrase la notion de génération et donc de rupture...
cet article permet de rendre l'homme invincible face à sa condition... de tout âge, il se doit d'être ce qu'il est : un Homme en devenir..... un Homme éthique.

BORDENAVE FREDERICK (copain de parlementia!!!!!)

Rédigé par : BORDENAVE FRED | 10 mai 2011 09:06:22

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.