« Plantes et cœur font bon ménage | Accueil | Le rébus de la longévité »

Découverte récente d’une protéine anti-âge : Klotho

Son nom vient d’une des trois Parques, les déesses grecques filles de la nuit. La déesse Clotho filait à l’aide d’un fuseau, le fil de la vie. Lachésis (« la répartitrice »), en mesurait la durée et Atropos («l’implacable») attendait de trancher ce fil à l’aide de ciseaux. Nul ne pouvait aller contre les décisions des Parques, pas même Zeus, le dieu de l’Olympe. Chaque fil représentait une vie et lorsque ce fil était coupé, l’homme ou la femme concerné(e) mourait. Les trois Parques représentent le destin et il est dit que nul ne peut lutter contre sa destinée.

Une équipe de chercheurs américains du Centre Médical de l’Université du Texas a Dallas, dirigée par Makoto Kuro-o à démontré que la protéine Klotho, circulant dans le sang, était capable de ralentir les effets du vieillissement sur des souris. Pour cela ils ont surexprimé le gène de cette protéine, ce qui revient en quelque sorte, à injecter des quantités supplémentaires de cette protéine à des souris mâles, lesquelles ont vécu en moyenne 30% plus longtemps que les autres (soit environ deux ans et demi plutôt que deux ans). Il existe une version de Klotho chez les humains. Ce qui intéresse évidemment tous les laboratoires travaillant sur la longévité. Mais il en existe aussi des versions défectueuses, et c'est cette propriété qui a mis ces chercheurs sur la piste dès 1997. En effet les souris qui en sont porteuses semblent vieillir prématurément (ostéoporose, peau parcheminée, artériosclérose, emphysème…). Cette protéine agirait en réduisant les effets de l’insuline et en régulant le taux de calcium sanguin. Mais attention : il ne s’agit pas encore du « serum de jouvence » même si la science s’en rapproche progressivement…

Pour en savoir plus, suivre ces liens :

Joël de Rosnay

novembre 24, 2005 | Permalink

Commentaires

J’ai eu l’occasion récemment de rencontrer un homme qui a exactement 30 ans de plus que moi. Et c’était dans le cadre de ses activités professionnelles. Associatives certes, mais néanmoins actives. Soudain j’ai pris conscience que tout ce que nous écrivons dans ce livre pourrait bien se réaliser. Avoir 68 ans et pouvoir éventuellement se projeter à 30 ans, ça donne un peu le vertige.
Le secret de cet endurant semblait peu mystérieux: un peu de chance biologique et l’envie quotidienne de continuer à voir, à faire, à échanger. Il m’a dit mes jambes fatiguent vraiment mais ma tête ça va. J’ai pu le vérifier quand il m’a annoncé: “Je crois que l’an prochain je vais arrêter. Comme ça je pourrai préparer tranquillement mon centenaire.” Quel programme !
En repartant je me suis senti un peu gamin.

Jean-Louis Servan-Schreiber

Rédigé par : Jean-Louis Servan-Schreiber | 24 nov 2005 09:38:02

ras

Rédigé par : mos | 28 nov 2005 16:56:12

M'autorisez vous à mettre votre adresse blog dans le miens ?

Rédigé par : Obin jean pierre | 3 déc 2005 11:34:57

je viens d'écouter l'émission de France inter avec Joêl de Rosnay, ayant fait une formation de naturopathe, je suis particulièrement sensible au rayonnement comme il dit que peut apporter quelqu'un en bonne santé physique psychique et énergétique.

un grand merci pour vos émissions

Rédigé par : ARNAUD M.Claire | 9 déc 2005 11:46:31

J'ai écouté votre intervention de ce matin sur inter, et j'adhère complètement à ce que vous énoncez. Je m'interesse d'avantage à tout ce qui vous concerne depuis que j'ai découvert l'approche systémique par le biais de la vidéo réalisée pour l'AFPA. Cette notion m'est désormais utile non seulement dans le cadre de mon métier de formatrice, mais également dans la résolutions de problèmes de tous ordres. Merci de "vulgariser" d'une façon aussi passionnante le fruit de vos recherches. Bien cordialement... Evelyne Muller

Rédigé par : Muller Evelyne | 9 déc 2005 12:13:14

enfin des information qui ne sont pas des "déinformation" merci de savoir et pouvoir vous lire simplement
un profane

bien cordialement
JYMANUEL

Rédigé par : MANUEL | 9 déc 2005 14:19:35

Cela fait plusieurs fois que j'entends parler de votre livre, que je vous écoute, qu'il me donne envie... Sans pouvoir me décider à m'y plonger. Alors que je suis certaine que tout ce que vous y dites me passionnerait, une chose, une seule, me retient : MAIS OU SONT LES FEMMES??? Sur ce site, au demeurant fort intéressant, 4 personnes, 4 hommes. L'autre moitié de l'humanité serait elle moins importante pour accompagner un vieillissement réussi que les oméga,le surf, les vitamines et la protéine Klotho????? Rassurez-moi!

Rédigé par : Micha Ferrier-Barbut | 9 déc 2005 15:22:50

D'accord complétement. la vie peut avoir plusieurs pages. Il faut les tourner sans regret avant de remplir la nouvelle.Pour moi, ce fut études, maternage de trois enfants sans travailler, puis concours et activité professionnelle jusqu'à 66 ans.ce fut toujours du bonheur. Et à présent, à 79 ans c'est pasionnant : le jardinage comme sport; la peinture pour l'expression; l'ordinateur, la mise en page, l'insertion d'images dans des travaux de recherche pour des associations et pour entretenir les neurones; et bien sûr une nourriture équilibrée. D'accord aussi pour votre définition de la culture.

Rédigé par : Delcros | 9 déc 2005 19:00:00

D'accord complétement. la vie peut avoir plusieurs pages. Il faut les tourner sans regret avant de remplir la nouvelle.Pour moi, ce fut études, maternage de trois enfants sans travailler, puis concours et activité professionnelle jusqu'à 66 ans.ce fut toujours du bonheur. Et à présent, à 79 ans c'est pasionnant : le jardinage comme sport; la peinture pour l'expression; l'ordinateur, la mise en page, l'insertion d'images dans des travaux de recherche pour des associations et pour entretenir les neurones; et bien sûr une nourriture équilibrée. D'accord aussi pour votre définition de la culture.

Rédigé par : Delcros | 9 déc 2005 19:00:02

D'accord complétement. la vie peut avoir plusieurs pages. Il faut les tourner sans regret avant de remplir la nouvelle.Pour moi, ce fut études, maternage de trois enfants sans travailler, puis concours et activité professionnelle jusqu'à 66 ans.ce fut toujours du bonheur. Et à présent, à 79 ans c'est pasionnant : le jardinage comme sport; la peinture pour l'expression; l'ordinateur, la mise en page, l'insertion d'images dans des travaux de recherche pour des associations et pour entretenir les neurones; et bien sûr une nourriture équilibrée. D'accord aussi pour votre définition de la culture.

Rédigé par : Delcros | 9 déc 2005 19:00:17

Merci pour cette belle image des "pages de la vie" et votre passion pour l'avenir. Vous représentez un magnifique exemple de ce que nous essayons de dire dans notre livre !

Rédigé par : Joël de Rosnay | 11 déc 2005 15:22:51

Réponse à Micha Ferrier-Barbut : Je vous rassure ! 4 hommes, 4 copains, c'est l'origine du livre. Comme "la plus belle histoire du monde". Mais nous ne serions rien sans nos femmes : Stella, Perla, Jannick... Elles sont nos conseillères, nos partenaires dans tout ce que nous entreprenons et écrivons. J'ai écrit "La Malbouffe" avec Stella en 1979 ! Nous avons plus de commentaires de femmes que d'homme sur le blog. Je cite plusieurs femmes scientifiques (Alecsandra Trifunovic, Cyntia Kenyon...) dans notre livre. Et la nutrition, c'est plus une affaire de femmes que d'hommes, bien souvent...
Je vous propose ci-dessous, ce petit texte : « Valeurs féminines pour construire un monde ». Vous y retrouverez, j’en suis convaincu, certaines de vos préoccupations :
« Les valeurs économiques ne sont pas les seules à contribuer à la construction du monde. Le rôle des valeurs humaines, morales, spirituelles est fondamental. Or celles qui priment aujourd'hui opposent plus qu'elles ne réunissent. Les composantes majeures du développement économique et social sont la compétition et la concurrence -valeurs justifiées dans le cadre de l'évolution darwinienne et de la lutte pour la vie, mais insuffisantes pour construire la prochaine étape de l'évolution de l'humanité.
Pendant des millénaires, les hommes ont assuré leur survie grâce à la domestication de l'énergie solaire par l'agriculture. Cette étape de l'évolution des sociétés a favorisé des valeurs de nature symbiotique : complémentarité, équilibre, utilisation ménagée des ressources. La période de conquête économique et industrielle des derniers siècles, résultant de l'exploitation accélérée des combustibles fossiles, privilégie des valeurs "masculines" : compétition, conquête, domination, croissance. La transition que connaît désormais l'humanité -phase d'aménagement post-industrielle ou bio-écologique, société d'information et de communication - va nécessiter le retour à des valeurs "féminines" comme la solidarité, la complémentarité, l'équilibre, des valeurs analogues à celles qui prévalaient dans la période de survie de l'humanité. Il serait quelque peu réducteur d'opposer systématiquement les valeurs "masculines" aux valeurs "féminines", mais il est intéressant de se placer dans le contexte de leur complémentarité.
Depuis l'aube de l'humanité, le comportement masculin s'est révélé dans la chasse, la guerre, la conquête ou la défense des territoires. Le comportement de la femme, dans l'aménagement et le "management" du foyer, la transmission de la vie et des connaissances. Aujourd'hui, la crise de l'environnement, les dangereux pouvoirs de la biologie, les défis de l'éducation, font apparaître au premier plan l'influence de valeurs féminines dans le débat sur les grands enjeux de société. Cette montée des valeurs ne concerne pas le seul "féminisme" ou l'accession des femmes aux postes de responsabilité dans l'industrie et la politique, nécessaire rééquilibrage des pouvoirs, mais plutôt une nouvelle manière de voir le monde et d'agir sur lui, fondée sur la coopération plutôt que la compétition. Cette vision est désormais partagée par un nombre croissant d'hommes.
Les hommes construisent leur domination sur la force, la raison, le pouvoir. Les femmes font plus volontiers appel à l'intuition, à la persuasion, à l'influence. La logique des uns s'oppose aux sentiments, à l'émotion, à la sensibilité des autres. Certes, les comportements ne sont jamais aussi tranchés, le dosage étant plus subtil. Mais les grandes caractéristiques des comportements subsistent et se vérifient dans l'action. Les valeurs masculines sont privilégiées dans un univers technique de concurrence et de conquête, modèle typique des sociétés industrielles de croissance. Mais la transition vers la société symbiotique fait appel à des concepts biologiques, écologiques, de communication, de transversalité et de réseaux ; elle fait découvrir la nécessité de nouvelles valeurs féminines. L'influence, croissante à l'échelle mondiale, de la réflexion et du rôle des femmes dans les grands enjeux du monde de demain en est la preuve (en matière de biologie, d'environnement, d'éducation, de santé). Des commissions de bioéthique aux mouvements écologistes, des groupements de consommateurs aux associations de parents d'élèves, de l'assistance aux personnes âgées, aux mouvements pacifistes, l'action des femmes ouvre des voies alternatives vers des modèles symbiotiques d'organisation sociétale. Solidarité, complémentarité, respect de la variété, action en réseau, réflexion à long terme, frugalité représentent des comportements ou des modes d'action souvent privilégiés par celles-ci. Ces valeurs et qualités sont également requises pour mettre en place et faire fonctionner les mécanismes de symbiose entre l'homme et les organisations dans lesquelles il travaille, entre l'homme et les sociétés au sein desquelles il vit. La frugalité, par exemple, est une des qualités essentielles pour construire l'avenir dans un monde de surabondance et de dénuement. De même que la diététique alimentaire aide à équilibrer sa vie, les sociétés industrialisées doivent inventer une diététique de l'information (pour éviter l'infopollution) et une diététique de l'énergie (pour réduire le gaspillage). La frugalité n'est pas la privation : c'est un choix raisonné de style de vie qui débouche sur une solidarité planétaire.
L'émergence de ces nouvelles valeurs - que je qualifie, en simplifiant, de "féminines" - me paraît désormais indispensable pour faire progresser le monde vers plus de solidarité, de justice, d'équilibre et de paix. Elles représentent un autre regard sur la nature et la société, d'autres manières d'agir, d'exercer un contrôle ou de transmettre les connaissances propres aux comportements, aux modes de réflexion et d'action des femmes. J'irai même jusqu'à dire que ces valeurs vont devenir indispensables pour construire la société de demain et préserver l'avenir de la planète.
L'intégration des valeurs féminines dans un monde de pouvoirs et de conflits créé par les hommes peut en effet contribuer à renouveler radicalement l'imagination politique. Les valeurs féminines peuvent aider à dégager le leadership politique de la concentration de puissance ou de richesse sur lesquelles il fonde généralement sa légitimité, à affranchir le pouvoir politique de l'utilisation de la violence en tant que manifestation de son autorité; à le séparer du contrôle de moyens destructeurs, technologiques ou militaires. Les valeurs féminines aptes à s'exprimer dans des réseaux, peuvent contribuer à rééquilibrer les actions de gouvernement, les décisions centralisées et les structures bureaucratiques. Elles apportent une nouvelle logique et une nouvelle culture pour préparer l'avenir. »

Rédigé par : Joël de Rosnay | 11 déc 2005 17:21:05

"Il existe une version de Klotho chez les humains."
Certes, et même j'en suis un représentant, je connais et pour cause, l'une de ces trois Parques, que l'on qualifie habituellement de déesses "chtonniènes"....
Car je porte le nom Klotho, en tout cas phonétiquement, c'est un patronyme qui se décline sous la forme, Cloto, Clauto, Clauteaux, etc.
Ce qui est remarquable c'est que mon père, qui actuellement a 85 ans, et qui est en plutôt bonne forme et conduit sa voiture sans problèmes.....
A pendant très longtemps fait jusqu'à 25 ans de moins que son âge....Moi-même, j'ai 47 ans, et ai longtemps fait aussi énormément plus jeune, et je dois dire que ce fût longtemps vécu plus comme un inconvénient qu'autre chose....Nombreux problèmes de crédibilité dans la recherche d'un emploi par exemple !....

Mon père n'a jamais fait mention véritablement de quelconque "recettes", mais bien plutôt, comme souvent les gens comme lui, de "modération" en toutes choses....
Pour ma part, bien au contraire, je suis toujours en recherche de "plante", "recette", "produit", méthode" que j'essaye, que je teste...
Et plein d'autre choses encore, mais qui serait trop long de raconter ici....

Alors, génétique ?...Développement intérieur ? Et pourquoi ce chercheur a-t'il nommé cette protéine Klotho ?....Aurait-il perçu, peut-être inconsciemment d'ailleurs, une "résonnance" une "vibration" qui émanerait du son produit par clo-to ?!....

En tout cas, j'adore votre blog !...

Rédigé par : Don Minotti | 8 mar 2006 23:46:36

Responsable marketing auprès de la marque de cosmétiques Biotherm, je m'intéresse de près au rôle des protéines dans le vieillissement. Votre post sur la protéine Khloto m'a passionnée, Merci !
Auriez vous d'autres articles ou informations sur le thème des protéines et du vieillissement ?

Je vous remercie par avance pour votre aide et vous félicite pour ce blog qui fourmille d'informations sur la biologie, les sciences et les nouvelles technologies !

Rédigé par : Claire B | 28 mai 2007 21:57:38

bien que je n'ai fait que lire l'article en debut de page j'avoue que la recherche me passionne énormément mais une question senssible reste a se posé si klotho deviens par la suite une decouverte gigantesque amenant a "une pillule anti-viellissement" faudra t'il remettre les guerre et la famine pour évité la surpopulation certaine découverte devrais rester dans le cerveau des génies se qui en ferons effectivement des génies a médité....

Rédigé par : jecpas | 20 sep 2009 05:02:13

Poster un commentaire